L'avare réécrit en street langage !!


break_the_egg_256px_reasonably_small

«Moi aussi, je peux kiffer quelqu’un. Mais avec les plans du daron, c’est cuit d’avance. »

Il fallait oser. Réécrire « l’Avare », la pièce de Molière, façon wesh wesh, c’est-à-dire dans le langage des banlieues, Jean Eyoum l’a fait. Oubliée l’écriture tout en raffinement du XVIIe siècle, le jeune de 21 ans, originaire de Villeneuve-Saint-Georges, a choisi la langue fleurie et imagée de sa cité. « J’ai fait ça pour m’amuser, confie l’étudiant en commerce extérieur.

J’avais 17 ans, c’était les vacances de Noël, je m’ennuyais. »

Sur le même sujet:

 


RAPPEL: Le Lien rouge du titre, vous envoi sur l'article original (Texte,Photos…)